Historique

Saint Vaast, patron du diocèse d’Arras
Saint Vaast se dit aussi Saint Gaston, fêté le 6 février

Près de l’abbaye trappistine de Belval dans la région de saint Pol sur Ternoise, à l’entrée de l’église de Troisvaux, un bas relief représente un évêque avec, à ses pieds, un ours bien docile. Il s’agit d’une légende magnifique qui résume sous forme imagée et symbolique une réalité importante. Nous sommes en l’an 500, il y a quelques mois, à Noël 499, Clovis, roi des francs a été baptisé à Reims.

Nous ne connaissons rien des origines de Vaast: sans doute est-il né dans une famille noble gallo-romaine. Il se sent appelé à devenir moine-ermite. Il vit retiré dans la région de Toul. Mais il vient en aide aux malades qui le sollicitent. Il apprend aussi à lire. C’est ainsi qu’il se retrouve appelé à une vie publique. Quand Clovis passe à Toul pour se rendre à Reims, on l’invite à rencontrer Vaast. C’est ainsi qu’il donne les premiers enseignements sur la foi chrétienne, avant Rémi. La guérison d’un aveugle, sur la route de Reims est peut-être une manière de parler de l’ouverture de Clovis à la foi chrétienne. C’était après la victoire de Tolbiac, où Clovis avait fait de vœu de se convertir au Dieu de Clotilde son épouse, s’il gagnait la bataille.

A Reims, Rémi confie l’éducation chrétienne de Clovis à Vaast. Éducateur de la foi et conseiller du pouvoir se font ensemble. Bientôt Vaast est consacré évêque et envoyé plus au Nord du Royaume: à Cambrai et Arras. Arras est un pays mal géré, pillé et ravagé par les barbares. L’histoire pieuse rapporte que Vaast entrant dans les ruines d’une église se trouve face à un ours. Vaast le fait reculer et retourner dans la forêt. C’est une manière pour le biographe religieux de dire que le paganisme recule en présence du nouvel évêque.

Vaast guérit aveugles et boiteux. Il apporte l’espérance chrétienne à toute une population broyée dans la misère. Elle devient capable de voir la vérité et de marcher dans la foi.

Il fait rebâtir églises, maisons et granges. L’église d’Arras sera mise sous le vocable de Marie. Vaast cherche des bâtisseurs et des collaborateurs. Évêque il les ordonne prêtres pour aller dans les campagnes baptiser, prier et enseigner. Mais à peine partis ailleurs, le peuple retourne au paganisme.

En quarante ans de présence Vaast évangélise son diocèse. Il devient le patron de l’Église qui est à Arras. 73 églises comme celle de Troisvaux portent son nom. Il est fêté le 6 février… C’est jour de fête pour tous ceux et celles qui participent à porter l’Évangile du Christ aux quatre coins du diocèse…

Deux vitraux de l’église Saint Nicolas d’Arras évoquent la présence de Vaast.

Invitation à lire : « Clovis », de Michel Rouche chez Fayard, mars 1996.

 

Pour en savoir plus sur l’église Saint Vaast de Bondues. Cliquez ici
Pour en savoir plus sur le facteur de l’orgue.  Cliquez ici
Pour en savoir plus sur l’inauguration l’orgue le 5 décembre 2004 . Cliquez ici
Pour en savoir plus sur la vie de Saint Vaast   Cliquez ici