Editorial

Edito Septembre 2019

par l’Abbé Thierry Vandemoortele, curé

Père Thierry Vandemoortele, curé de Bondues

Devenir des « passeurs »

Cartable sur le dos, les enfants reprennent le chemin de l’école. En passant le seuil de leur classe ils découvrent quel « instit. » sera pour eux un « passeur », un témoin ouvrant à un futur. Combien d’élèves se sont un jour pris de passion pour une matière qu’ils détestaient grâce à un professeur qui a su leur donner goût ? Ils ont le talent de captiver leurs élèves, de leur faire aimer la matière qu’ils enseignent, parfois même de provoquer un « déclic », une véritable passion pour telle ou telle matière. Cela peut marquer une vie, donner une orientation, ouvrir un avenir. Tous ces éducateurs rencontrés au long de notre parcours scolaire nous ont transmis leur enthousiasme et méritent notre reconnaissance.

Pour découvrir le Christ sur le chemin de notre quotidien, nous avons besoin de « passeurs ». Les meilleurs enseignants pour transmettre la foi sont ces hommes et ces femmes habités par la pédagogie de Jésus. Ces parents, ces catéchistes qui révèlent aux enfants un Dieu plein d’amour, un Jésus qui nous donne envie de le suivre afin que ses paroles et ses gestes deviennent nos paroles et nos gestes. À quoi serviraient notre catéchèse, nos belles liturgies si nous ne laissions pas transparaître notre joie de croire en ce Dieu d’amour, plein de miséricorde ?

Les enfants posent beaucoup de questions que les adultes ne soupçonnent même pas et ils attendent de vraies réponses. Prenons au sérieux leur soif de savoir, leur goût de rencontrer Jésus. Quelle place accordons-nous aux enfants dans nos assemblées ?

Nos célébrations dominicales prennent-elles suffisamment en compte leur participation ?

Pourront-ils entendre, dans un monde de grands, les merveilles de Dieu dans leur propre langue ?

Nous devons transmettre à nos enfants, par l’exemple de notre vie, l’amour de Christ pour tous les hommes.

Devenons, nous aussi, des « passeurs ».