Editorial

Edito novembre 2018

Un nouveau curé ?

L’arrivée d’un nouveau curé est pleine d’interrogations.
Les uns s’inquiètent, d’autres aspirent à la nouveauté, les troisièmes attendent de voir !
Un nouveau curé ne peut simplement remplacer son prédécesseur, faire du «copier/coller».
Il ne peut ni imiter, ni gommer tout ce qui se faisait auparavant.
Avec d’autres compétences, d’autres talents, il répond d’abord à une mission :
« Annoncer l’Evangile sur un territoire géographique précis, dans une histoire qui le précède »
Mais le curé n’est pas seul pour accomplir cette mission, il est entouré de l’Equipe d’animation paroissiale (EAP).
De nombreux chrétiens répondent également à cette invitation du Seigneur à être une communauté accueillante et fraternelle, animée par l’Esprit, attentive à la Parole de Dieu.
Notre rencontre avec le Christ doit produire la joie : joie de se savoir aimés du Père.
Le pape François affirme combien le message de l’Evangile est avant tout une bonne nouvelle à annoncer à tous les hommes.
Aujourd’hui, c’est avec joie que je réponds à cet appel du Seigneur à vous servir.
Merci à toutes et à tous pour votre accueil chaleureux.
Ensemble, devenons disciples-missionnaires pour transmettre la joie de l’Evangile.
Sortons de notre confort et de la routine pour prendre des risques, avoir de l’audace pour annoncer l’amour de Dieu et aller vers ceux que Dieu aime d’un amour de prédilection.
A l’approche de Noël admirons comment Dieu fait irruption dans notre monde en se faisant petit et fragile.
Ecoutons la joie des anges dans le ciel qui proclament la Gloire de Dieu et celle des bergers qui se mettent en marche vers l’enfant-Dieu.
Dans la joie de Noël que le don de l’Esprit suscite des initiatives nouvelles, ravive ce qui s’attiédit, confirme et enracine ce qui porte du fruit, indique ce qui est à changer et nous rendent plus attentifs aux aspirations de notre monde.
Joyeux Noël.
par Abbé Thierry Vandemoortele, curé