Editorial

Edito Juin 2020

par l’Abbé Thierry Vandemoortele, curé

Père Thierry Vandemoortele, curé de Bondues

Bientôt, tout va changer ?

Une angoisse planait sur le monde ! Abasourdis par la brutalité du Covid-19 nous avons vécu ces derniers mois comme des ermites, notre vie mise entre parenthèses et nos relations familiales et amicales restreintes. Le petit Bonduois lui-même n’a pu paraître en avril.

La chaleureuse convivialité qui nous réunit habituellement a été interrompue par une crise sanitaire d’une ampleur et d’une violence inouïes, elle ramène l’homme à sa vulnérabilité face à la suprématie des «éléments». Elle bouscule l’ordre mondial et entraînera des situations humanitaires, économiques et sociales douloureuses.

Aujourd’hui, comme un lever de rideau au théâtre, la première scène décrit notre planète se réveillant groggy après plusieurs semaines de confinement.

Cette crise n’est pas entièrement maîtrisée mais «Le jour d’après» commence. Comme ce film où un climatologue prédit un changement climatique violent à l’échelle mondiale entraînant de gigantesques ravages(1). Ce film d’anticipation montre les horreurs et la bêtise de l’homme ainsi que son mépris de la création. Nous ne sommes plus au cinéma, la réalité a rejoint la fiction !

Après plusieurs semaines de confinement imposé, nous rêvons de ce «jour d’après» : «… J’ai rêvé la douceur de certains soirs, j’ai rêvé surtout qu’il n’était pas trop tard, espérer que l’on pouvait changer. J’ai rêvé d’être encore avant, le jour d’après»(2).

Beaucoup s’expriment sur cet événement inimaginable dans notre univers hyper agité. La question d’un retour à une vie «normale» est posée. Allons-nous en sortir différents ? Notre civilisation de loisirs et du tout économique est interrogée. Nous sommes renvoyés à notre condition de mortels.

Mais cette angoisse de la mort n’est pas incompatible avec la joie d’exister. Cet épisode nous renvoie à ce que nous avons vécu pendant la Semaine Sainte, où peur, mort et joie sont intimement liées. Notre joie de vivre puise sa force dans cette réalité de la mort et de la vie.

Ce confinement sera un moyen de retrouver le sens profond de notre existence, d’être joyeux en dépit des nuages qui s’accumulent. Si ce temps de confinement nous apprend à nous tourner vers l’essentiel, alors oui, bientôt, tout va changer !

Thierry VANDEMOORTELE

Curé

(1) «Le jour d’après», film de Roland Emmerich – 2004

(2) «Le jour d’après», chanson de Chimène Badi – 2003