Editorial

Edito Décembre 2022
par l’Abbé Thierry Vandemoortele, curé

 

« C’est encore loin Bethléem ? »

Le bruit courait dans la région de Judée qu’un enfant, né dans une étable, était le Messie attendu par le peuple d’Israël ; « Incroyable ! » disaient les gens.
Dans le froid de la nuit, près des enclos à moutons, Dieu rejoint les bergers dans leur quotidien ; merveilles faites pour tous les hommes : « Il vous est né, aujourd’hui, un Sauveur qui est le Messie Seigneur. » (1)
Cette nuit-là une foule innombrable s’est mise en route sur les chemins tortueux qui conduisent « à la ville de David appelée Bethléem. » (2) Le ciel lui-même s’est illuminé et, par la voix des anges, chante la gloire de Dieu.
Devant le berceau défile alors un cortège de bergers avec leurs troupeaux, de savants venus d’Orient suivant une étoile étincelante, d’une légion de pèlerins se souvenant de la promesse de Dieu d’envoyer un libérateur. La lumière entre dans la nuit pour y faire naître le jour.
Régulièrement, lorsque nous parlons de foi en famille, ou entre amis, nous entendons dire : « Je suis en recherche ! » Ne cherchons pas Dieu trop loin, dans le passé, il vient en cette nuit de Noël sous la forme d’un être fragile, à l’endroit où nous ne l’attendions pas. L’incarnation est le témoignage du souci de Dieu pour l’Homme : « le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire » (3) .
Dieu ne reste pas dans son ciel, indifférent à nos malheurs, il prend chair dans un frêle nourrisson et nous rejoint à la croisée de nos chemins. Il vient habiter au milieu de nous parce que l’amour ne supporte pas la distance, la proximité est le propre de l’Emmanuel : « Dieu avec nous ». Le récit de la nativité de Jésus nous l’aimons, il dit un endroit en ce monde où Dieu rencontre notre humanité.
Noël nous invite à diriger nos regards vers Dieu, source de vie, là, nous trouvons le sens de notre existence. Le message de Noël est aussi un souhait de paix en ces temps troublés où la guerre gronde dans tant de pays.
A Noël, faisons route vers Bethléem, cherchons Dieu au plus profond de notre coeur, ouvrons en nous un espace de lumière et d’amour, une « crèche », pour accueillir le Fils de Dieu qui prend chair. Dieu vient, il est impatient de nous rencontrer !
Joyeux Noël.
(1) et (3) Evangile selon St Luc 2, 12
(2) Evangile selon St Luc 2, 4