Editorial

Edito Janvier 2018

Créer pour aller jusqu’au bout de soi-même

On raconte qu’un jour, cherchant un avis éclairé, un peintre amateur qui avait l’habitude de peindre des paysages de Provence présenta une de ses toiles au grand peintre Cézanne. Celui-ci examina attentivement son œuvre et lui rendit aussitôt avec ce commentaire : «C’est horriblement ressemblant !» On imagine la déception !

Parce que pour Cézanne, l’art du peintre ne consiste pas à reproduire la réalité telle qu’elle est, mais plutôt, grâce au jeu des formes et des couleurs, des ombres et des lumières, à transmettre et faire partager un sentiment, une émotion, un élan. Par exemple, l’émotion que Cézanne lui-même avait ressentie en voyant pour la première fois la montagne Sainte-Victoire se dressant dans le ciel de Provence.

Les artistes nous provoquent à ne pas regarder superficiellement la réalité mais à y chercher la beauté qui souvent nous échappe.

Leurs œuvres deviennent alors comme des fenêtres s’ouvrant sur l’invisible.

Tout le monde n’est pas appelé à devenir un grand artiste, mais il y a en chacun de nous cet appel à devenir créateur, à laisser jaillir l’élan de vie qui nous habite et que la routine et les contraintes quotidiennes trop souvent étouffent.

La peinture, la musique, la poésie – l’art en général – éveillent en nous un autre regard qui peut être plus qu’une simple émotion esthétique.

L’œuvre d’art peut aussi nous conduire vers cette source profonde jaillissant au fond de nous, ce reflet de la présence de Dieu caché en toute création et qui transfigure le monde.

N’ayons donc pas peur de développer nos talents artistiques, quels qu’ils soient, c’est un bon chemin pour aller au bout de soi-même.

par l’abbé NicolasTiberghien