Editorial

Edito Septembre 2020

par l’Abbé Thierry Vandemoortele, curé

Père Thierry Vandemoortele, curé de Bondues

«Et voici que je fais toutes choses nouvelles(1)»

Printemps 2020 ! Notre monde s’arrête brutalement parce que nous avons négligé les signaux inquiétants de notre planète : bouleversements climatiques, détérioration écologique, inégalités sociales et économiques.

Un virus invisible dévoile la réalité de notre condition humaine ; nous nous découvrons fragiles, démunis, inégaux et interdépendants.

Il nous rappelle notre ignorance et les limites de nos connaissances. Nous ne pouvons pas tout maîtriser !

«Alors j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle…» proclame Jean dans l’Apocalypse.

Souvent synonyme de catastrophes, de fin du monde ce mot se traduit par «révélation» «dévoilement».

Loin d’être un message de malheur, ce récit fait résonner une promesse de bonheur : L’avènement du Christ à la fin des temps et cette certitude qu’il y a en l’Homme des forces de vie «éternelle».

Face à la pandémie l’appel de l’Apocalypse résonne avec force et nous réveille, nous encourage malgré les tourments de l’Histoire.

Laissons-nous interroger par l’essentiel : Quel monde voulons-nous ?

Revoyons nos priorités, nos modes de vie, nos relations.

Réapproprions-nous notre planète :

«Perdre la connaissance de la nature, c’est perdre l’envie de la protéger»(2).

Rejoignons celles et ceux qui se questionnent sur les choix de société et qui oeuvrent dès à présent à l’avènement d’un monde nouveau.

Ils articulent les dimensions économiques et écologiques, renforcent la lutte contre les injustices, font évoluer leurs modes de consommation.

Cette crise sanitaire souligne l’urgence de bâtir un monde plus respectueux de l’Homme et de la Terre.

«Le défi urgent de sauvegarder notre maison commune inclut la préoccupation d’unir toute la famille humaine dans la recherche d’un développement durable et intégral, car nous savons que les choses peuvent changer»(3).

Le pape François pose, depuis 2015 dans son encyclique «Laudato Si’», des questions importantes comme :

«L’intime relation entre les pauvres et la fragilité de la planète…
l’invitation à chercher d’autres façons de comprendre l’économie et le progrès…
le sens humain de l’écologie…
la culture du déchet et la proposition d’un nouveau style de vie»
(4).

Engageons-nous dans cette transition écologique qui est aussi une conversion spirituelle.

Bonne rentrée et, ensemble, protégeons ce monde dont Dieu veut être l’ami.

l’Abbé Thierry Vandemoortele, curé

 

(1) Apocalypse 21. 5 (2) Bixente Lizarazu. footballeur international français (3) Laudato Si’, n° 13 (4) Laudato Si’, n° 16